Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vincent Zochowski auteur

Articles avec #poemes

Devant moi

5 Novembre 2017, 21:53pm

Publié par vincent auteur

 

 

 

Devant moi, sans tain,

Il y a celui que j'étais,

Il y a peu, il y a loin,

Un petit gamin.

 

Sans tain,

Sans rides,

Sans une once d'ingratitude,

Pas d'esprit malin.

 

Devant moi,

C'était il y a quinze ou vingt ans,

Sans faiblesse aucune,

Sans majuscule.

 

Ne serait ce qu'un enfant,

Qui regarde ce qu'il y avait avant,

Doux regard imperturbable,

Les yeux sans rancune.

 

Je suis de l'autre coté maintenant.

Redevenir enfant.

Voir les commentaires

En douceur

1 Novembre 2017, 09:12am

Publié par vincent auteur


 


 

Là où le bas blesse,

Il n'y a qu'un pas, celui de la main,

Promenant la douceur d'un instant,

Sur le tissu étroit.


 

Le chemin est ponctué de délices,

Sur du coton ou du lin,

Apparition, chair de poule,

Douceur exagérée.


 

Sur le fil des tissus,

L'ombre de laine,

Rouge, bleue, jaune,

S'habiller pour l'hiver.


 

Là où le bas blesse,

La main délicate,

Ne cherche rien d'autres,

Qu'un léger frétillement

 

Voir les commentaires

Il n'est de sons

29 Octobre 2017, 08:06am

Publié par vincent auteur


 

Il n'est de sons,

De celui dont on se souvient enfant,

De celui on se rappelle maintenant,

Celui d'avant.


 

Il n'est de sons,

Comme l'oiseau piaillant sur sa branche,

Petit être affamé,

C'était avant.


 

Il n'est de sons,

De celui que l'on préfère,

Une musique douce ou un tambour du Bronx,

La musique des mots.


 

Il naît des sons,

Petit, enfant, adolescent,

Ceux que l'on garde en mémoire,

Ceux que l'on ne veut oublier.


 

Il naît des sons,

Des bruits d'une mémoire qui nous fuit,

Nous rappelant,

L'importance d'une vie.

 

Voir les commentaires

En douceur

27 Octobre 2017, 20:57pm

Publié par vincent auteur


 


 

Là où le bas blesse,

Il n'y a qu'un pas, celui de la main,

Promenant la douceur d'un instant,

Sur le tissu étroit.


 

Le chemin est ponctué de délices,

Sur du coton ou du lin,

Apparition, chair de poule,

Douceur exagérée.


 

Sur le fil des tissus,

L'ombre de laine,

Rouge, bleue, jaune,

S'habiller pour l'hiver.


 

Là où le bas blesse,

La main délicate,

Ne cherche rien d'autres,

Qu'un léger frétillement

 

Voir les commentaires

A l'ombre de Prévert

19 Octobre 2017, 21:40pm

Publié par vincent auteur

Dans la forêt de ma mémoire,

Je vais et je viens,

En recherche d'une idée folle et démesurée,

En participe passé.


 

Ce temps là ne reviendra plus,

Echoué sur une plage de solitude,

Qui dit qu'il passe vite,

Ni eux, ni moi.


 

Ce temps est-il toujours présent,

Malgré tout, malgré cet instant,

Malgré les craies qui bruissent

Le chant coloré d'un merle moqueur.


 

Dans la forêt de ma mémoire,

S'écoule le son d'une source,

Ravivant les plus beaux sentiments.


 

A l'ombre de Prévert,

J'irais cueillir les plus belles paroles,

Les ramasser à la pelle,

Pour les conserver à l'abri,

D'une quelconque méchanceté.

 

Voir les commentaires

Que d'odeurs !

3 Octobre 2017, 09:25am

Publié par vincent auteur


 

Ces senteurs, quelquefois, épatantes,

D'un gâteau en cuisson,

A un fruit bien mûr,

Douces senteurs d'un soir d'été.


 

Ces senteurs d'un autre temps,

D'une usine désaffectée,

A une maison abandonnée,

Laissant au passage, ces moments gravés.


 

Ces senteurs d'automne,

Une forêt d'érables ou de charmes d'antan,

Une douce odeur de mousse et d'herbes,

Sous la pluie d'une saison mal considérée.


 

Ces senteurs de l'enfance,

De bons gros goûters,

Laissant au passage des moustaches en chocolat,

Le doux frémissement du caramel doré.

 

Voir les commentaires

De la fenêtre

1 Octobre 2017, 15:58pm

Publié par vincent auteur

De la fenêtre


 


 

Par la fenêtre, je vois tout, je sens tout,

Je ne bougerais pas d'un pouce,

Imaginatif, inventif,

Je serais immobile, ressentant.


 

Par la fenêtre de l'atelier, je suis en paix,

Je devine les couleurs de l'instant présent,

Imperturbable et rêveur,

Je serais l'âme de ce monde.


 

Par la fenêtre de l'asile, je suis en moi,

Tel un peintre revenu de ses voyages,

Je m'évertue à voir cette perspective,

En moi se dessine le chemin.


 

Par la fenêtre de Saint-Rémy,

Mon seul souci est de peindre,

Je ne suis pas pieds et poings liés,

De ce lieu, j'imagine le bien.

 

Par cette fenêtre, je revis.

 

Voir les commentaires

Cher Rimbaud

15 Septembre 2017, 07:33am

Publié par vincent auteur


 

Et si l'on passait du temps à marcher seul,

Face à cette solitude,

Face à l'ombre de soi-même;

Pour ne se satisfaire que de soi ?


 

Et si l'on ne regardait que les feuilles des boulots,

Planer délicatement ,

Pour ne se retrouver,

Qu'à même le sol ?


 

Et si ce fameux bateau ivre,

Ne naviguait que sur des mers calmes,

Et sans soucis,

Dignes des plus beaux voiliers ?


 

Et si l'homme aux semelles de vent,

Nous murmurait,

Posément, délicatement,

De tendres mots baignés de lueurs évanescentes ?

 

Voir les commentaires

En peinture

12 Septembre 2017, 08:21am

Publié par vincent auteur


 


 

Une brise légère sous l'ombre des peupliers, la promenade reflète la sérénité d'un lieu magique, sans l'ombre d'un doute. Peut-on y remarquer un brin d'obstination , un brin d'indulgence auprès de ceux ...


 

L'ombre des pinceaux

Subtile et entraînante

A fleur d'image.


 

Le visage tourné vers l'orient, les yeux écarquillés, la main tendue. Il observe, il crée, il illumine.

N'en déplaise aux esprits tourmentés, il est.

La nature le lui rend bien, lui donne ce qu'elle a.


 

Le rouge, le bleu nuit,

Fulgurances de couleurs

Le goût du bonheur.


 

L'homme à la barbe fleurie sied à merveille sur le petit pont de bois, la fierté d'un jardin extraordinaire. Reposant en paix, bruissement des feuilles et pépiement des merles moqueurs.

Il prend son art avec patience lui démontrant sa ferveur quotidienne, il ne peint pas seulement ce qu'il voit, il rêve aussi, l'homme à la barbe fleurie.

Il est ce jardin, les âmes d'un univers en perpétuelle transformation.

Pas un bruit, pas un mouvement,

Seul le vent lui parle parfois.

 

 

Voir les commentaires

Quelques mots

10 Septembre 2017, 10:25am

Publié par vincent auteur

En empereur des mots, soulèvements de conscience,

Il imagine le mieux que l'on puisse,

Soubresauts de mots,

Pourvoyeur de sentiments.


 

A l'envolée lyrique des premiers émois,

Douceur d'un mot,

Valeur d'un être,

Ô poète, n'oubliez pas les roses,


 

De ce monde qui s'enfuit.

Il est temps de partager,

L'ombre de Rimbaud.

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>