Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Vincent Zochowski auteur

au revoir et à bientôt

30 Juillet 2017, 07:36am

Publié par vincent auteur

Le médecin m'avait bien prévenu, ce n'était qu'une question de temps, mais de quel temps avait il choisi de me parler. Le temps est tout pour moi, ou du moins pour ce qu'il m'en reste.

Quelques instants encore à attendre dans le creux de ce lit que je ne supporte plus. Depuis 6 mois déjà, je creuse ma tombe dans cette pièce aux murs blancs, dans ce silence oppressant où seules les machines ronronnent, où le seul parfum ambiant est celui des produits hospitaliers.

Ils ont choisi de me débrancher, comme ça, comme on débrancherait une vulgaire prise de courant pour économiser un tant soit peu d'énergie. Mais il vrai que l'énergie, je n'en ai plus guère, seulement pour ouvrir et fermer les yeux.

Le temps me presse d'en finir, un simple mot et tout est parti. Je n'ai plus à faire ici, j'ai assez vécu, bien m'en a pris quelquefois. Je ne suis plus moi-même, je suis autre. Un être décharné qui n'en a plus, qui ne fait plus. Il survit, à défaut de surgir. Je ne suis plus rien dans ce paysage urbain, juste un être au bout du fil de son existence. Je me surprends tout de même à penser à l'avenir, mais quel est t-il cet avenir dont je ne cesse de penser ou de rêver? Assis sur un nuage à la droite de Dieu ou bien dans les méandres d'une diablerie toute faite. Je ne sais où je serais dans quelques heures, mais je suis impatient de franchir ce pas, rompre cette situation un brin délicate pour tous mes proches. Je leur souhaite de tout coeur de vivre pleinement, le vie est merveilleuse , si si.

Je suis au bout de mon parcours, j'ai marché, j'ai marché et maintenant il est temps de stopper pour enfin pouvoir me reposer à jamais.

Je suis prêt, docteur, allez y , tirez sur cette prise et éteignez moi, les programmes sont terminés.

 

Voir les commentaires

Orages

29 Juillet 2017, 07:25am

Publié par vincent auteur

Quand le ciel d'un coup se met en fureur,

Des orages dans l'air, électricité, vent d'été,

Du commun des mortels, la raison ou la peur,

Des éclairs jaillissant de toutes parts, où même les fleurs,

N'osent se relever de crainte de se voir emportée.

 

Voir les commentaires

Plus d'eaux

26 Juillet 2017, 18:00pm

Publié par vincent auteur

Après la pluie vint le beau temps,

A ce qu'il paraît, à ce qu'il convenait,

Après le pluie,

Doucement vint l'éclaircie,

Je n'entends plus le doux bruit de l'eau,

L'odeur si particulière de cet élément,

Les nuages se retirant,

Je n'entends plus le doux bruit de l'eau,

Après la pluie vient l'éclaircie.

Le ciel à nouveau seul.


 

Voir les commentaires

Quel voyage !

26 Juillet 2017, 17:35pm

Publié par vincent auteur

Je n'aurais pas dû faire ce voyage, Dieu m'en préserve. Il m'aura fallu une grande détermination pour me mettre à plat, pour mettre en exergue toute cette folie douce qui s'échappait de mon esprit. Le désir inavoué de se confier, de se mouvoir dans cet espace réduit qu'est l'être incarné que je suis devenu.

Je n'aurais pas dû faire ce voyage, m'ont-ils tous conseillé, que je ne devrais pas me lancer dans de pareilles aventures, qui malgré moi m'attiraient tout de même.

Un instant parmi tant d'autres, que ce voyage, une aventure surhumaine, une épopée chevaleresque pour certains ou un voyage à la limite du tolérable pour d'autres. Je ne sais pas où cela me mènera, mais qu'importe, le chemin est à suivre dés lors.

Je n'aurais pas dû faire ce voyage à l'instant T ou à l'heure H, mais allongé sur ce divan, j'apprécie la plénitude de ce moment, la richesse de ce doux instant. Je me réfugie dans mon être impalpable, celui qui siège dans l'insconcient, celui qui domine les plus âpres sensations, d'un individu qui se cherche au-delà de cette espérance.

Je n'aurais pas dû faire ce voyage, ah oui ?

Mais quel voyage tout de même , celui dont on ne s'attend pas, celui qui nous réserve de multiples surprises à la rencontre de notre moi. Celui dont je craignais le pire est devenu le meilleur, celui caché au fond de cette abysse, de ce lieu inconnu de tous.

Les yeux fermés, je contemple ce Moi, celui dont on ignore les talents.

J'ai bien fait de faire ce voyage, croyez moi.

 

Voir les commentaires

Emergence

25 Juillet 2017, 07:18am

Publié par vincent auteur

Je rêve et j'émerge,

L'entrée de cet enfer est ...

Je rêve et j'émerge,

Je tente de descendre vers elle,

Je me désespère de ce tendre enfer,

Déceler, je le sens,

L'encre de mer, le sel de mes rêves.

De ce rêve cesse le temps,

Je le pense,

Je m'élève et cesse d'entrer en légende.

Je rêve et j'émerge,

Je me sens en elle,

Je me tends en elle,

Je m'élève et je me lève de cet enfer.

Fédérer mes pensées et être.

 

Voir les commentaires

Promenade

24 Juillet 2017, 15:34pm

Publié par vincent auteur

Promenade


 

Au clair de lune, à la tombée de la nuit, vagues espaces dissymétriques,

Ombrages couverts d'essences miraculeuses,

Rêveur, passager d'un été tout en nuances,

Plaisirs partagés d'une nature enrichissante.


 

Au clair de lune, à la tombée de la nuit,

Les yeux fermés, la respiration propre à cet espace,

La forêt englobée dans sa totalité,

Pas de nuisance sonore, le plaisir d'un oiseau chanteur.


 

Au clair de lune, à la tombée de la nuit,

Sous couvert d'émotion, sans disgrâce,

Les mots sans réserve, solitude d'un être délicat,

Ombrages sous couverts d'émotion.


 

Au clair de lune, à la tombée de la nuit ou à l'aurore,

Erables, charmes, fougères, verdures,

Le silence subtil d'un monde douloureux,

Abreuvoir d'un moment unique.


 

Au clair de lune, au jour nouveau,

Les pieds léger sur l'herbe humide,

Le vent, discret à l'ombre des arbres,

La magie en ligne de mire.


 

Au jour nouveau,

Inspiration, expiration,

Respiration approfondie, lumière intérieure,

Un bonheur à l'état pur.


 

Au jour nouveau,

Les yeux fermés, la nature en approche,

Les premiers pas, les odeurs,

Bien-être, profondeur.

 

Voir les commentaires

Sans verbes et sans reproches

24 Juillet 2017, 10:38am

Publié par vincent auteur

Sans verbes et sans reproches


 

Des jours comme ça, où les doutes quelques temps de réflexion, seuls en soi à l'heure dite et non convenue, des rencontres de passage où les secondes, les minutes et les jours distillés par ce beau temps.

Une brève image de soi ou de l'autre, un ciel un rien délavé, des rouages sombres pour des lendemains chantés au clair de lune; compréhension pas toujours efficace mais sans verbe pas faciles , des reproches invariables pour cette drôle de combinaison. En écriture, en action, en parallèle sans fioritures aucune. Les miroirs face à soi, les glaces sans tain d'un teint adéquat, perdus dans ses pensées, sans foi ni loi.

Une larme échappée, un sourire marqué, des instants à jamais estompés, des erreurs anecdotiques.

Le miroir, d'un coup, d'une couleur passée, d'un éclat fulgurant, une image claire et sans fondement.

Plus de rides marquées, plus de souvenirs d'un passé écorné, douloureux état de siège de ces moments impitoyables d'un destin pas toujours clair.

Suffisance, état d'esprit, incarnation d'un mal dépossédé, illumination d'un jour dédié.

La douleur estompée, le mal réduit au plus bas.

Sans verbes et sans reproches, les mots, au plus bas, simples et efficaces.

 

Voir les commentaires

Ainsi va la pluie

23 Juillet 2017, 08:03am

Publié par vincent auteur

Elle est là et pas qu'un peu,

Qui d'autres voudraient rentrer dans son jeu,

Douce ou désagréable,

Chaude ou malintentionnée,

Elle nous divise ou nous inspire,

Elle nous fait peur ou nous attire.


 

Diluvienne ou tempérée,

A verse ou à seaux,

Elle nous transperce, elle nous inonde

Cette pluie que l'on nous donne,

Cette pluie , cadeau d'un ciel impénétrable


 

Tombe cette pluie,

Petites gouttes d'eau

Sur nous s'écrasant,

Sur nous s'éclatant.

Elle vit ainsi, en cours, en torrent ou en précipitations,

Vivaces, impétueuse, invariable,

Mais quelquefois dangereuse.

Ainsi va la pluie

Voir les commentaires

C'est un jardin

22 Juillet 2017, 08:27am

Publié par vincent auteur

C'est un jardin …


 

Il est revenu, son chapeau en tête, sa bonhomie habituelle, son plaisir d'être ailleurs ou ici même si ici est un ailleurs. Petit homme tout de blanc vêtu à l'aube de ce siècle doré, de ce siècle heureux de découverte. Mais qu'importe, il aime la bienveillance se dégageant de ce champ de fleurs, de cet espace clos où la nature a le plus beau rôle, celui de poser pour la postérité.

Il se dégage de lui la plénitude à l'état pur, la joyeuseté idéale pour satisfaire au mieux ces envies d'ailleurs ou d'ici.

Il se retrouve chaque jour ici, entendant le caquètement des poules d'eau, essayant de comprendre le langage des cygnes voguant sur cet étang.

Paul, son voisin jardinier, le retrouvait chaque jour pour une partie de cartes endiablée, un moment privilégié entre deux êtres que tout semble séparer. Un artiste et un homme de la terre, mais un homme de la terre se doit d'être un artiste et un artiste aime la terre, tout deux se complète délicatement sous les rayons ensoleillés du matin. Il aime le chant de la Ru, douce clameur d'une eau enchantée, d'une eau en transparence sous le regard de l'artiste.

Somptueusement, il vogue de couleurs en couleurs, du noir au blanc en passant du rouge vermillon ou du bleu outremer pour un voyage jusqu'au tréfonds de son âme enchanteresse.

Les yeux fermés, il songe au comment, au pourquoi, à la technique qui fera de son paysage, une oeuvre de toute beauté. Son ami sera là pour son avis, lui donner, de ses poèsies lui fera rimer pour d'un oeil lui sublimer ses Nymphéas.

Au début du siècle, une oeuvre est née.

 

Voir les commentaires

Vu d'en haut

22 Juillet 2017, 06:52am

Publié par vincent auteur

J'aimerais me promener parmi les étoiles,

Voyager dans l'espace intergalactique,

Et ne voir rien d'autre qu'un ciel,

Vu d'en haut.


 

Silencieusement attraper les étoiles,

Et de la main, les serrer bien fort,

Jouer avec la grande Ourse,

Vu d'en haut.


 

Voler tel un cosmonaute,

Plonger vers l'infini et au delà,

Rien que pour soi,

Vu d'en haut.


 

J'aimerais me promener parmi la galaxie,

Et compter une à une ces météorites,

Ces pierres qui tourbillonnent,

Vu d'en haut.


 

Je deviendrais un soldat de l'univers,

Tout petit dans cette galaxie,

A me satisfaire d'un silence,

Vu d'en haut

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>