Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vincent Zochowski auteur

De là où je suis

18 Juillet 2017, 07:53am

Publié par vincent auteur


 


 

Chère Augustine,

Il se fait tard en ce 12 juillet et cette journée n'a pas été de tout repos. Les bombes n'ont pas cessé de nous harceler et ce depuis presque deux jours. Les hommes sont fatigués et dépriment de plus en plus. J'ai perdu hier soir toute espérance en ce lieu, il ne prend plus vie, il meurt de jour en jour. Plus un gramme d'herbe, plus de mésanges sifflant joyeusement tous les matins, la nature s'épuise et nous avec. J'ai perdu Augustine, toute notion de bien et même de mal. Cette guerre est terrible et en ce jour du 12 juillet 1916, nous sommes à l'abri dans le fort de Souville mais nous avons subi de grandes pertes hier matin par une pluie de bombes et une attaque ennemie.

J'ai mal de mes envies, revoir cette douce campagne creusoise, aller à la pêche au sandre rayé, boire un verre avec le père Fleury au " bar des bons amis". J'ai mal de cette vie ma tendre Augustine, et j'ai peur de revenir en mauvais état. Je suis toujours en entier mais pour combien de temps? Tout le monde ici nous dit que la bataille ne fait que commencer, que les pertes s'accroissent de jour en jour et que certains d'entre nous deviennent fous à subir les bruits et la fureur de ce ciel en feu, de croiser tous les matins les rats dévorant leurs copains de tranchées.

Je tiens du coup, mais pour combien de temps? Je garde chaque jour ta photo au creux de ma main, en souhaitant qu'elle me porte chance.

Tous les jours ainsi, je te posterai une lettre jusqu'à ce que je revienne vers toi, que l'on puisse enfin fonder une famille. Le père Fleury m'a dit un jour qu'il me garderait un emploi dans sa ferme. Oh comme j'ai hâte de revenir, crois moi.

La journée se termine et je te laisse en t'embrassant bien fort.

Tendrement

Vivien

Commenter cet article