Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Vincent Zochowski auteur

L'homme de Laredo

1 Mars 2017, 21:15pm

Publié par vincent auteur

 

 

 

Il était beau mon frère, William, qu'il s'appelait. Un physique de jeune premier, un Marlon Brando à ses débuts , comme j' ai toujours entendu dire. Toutes les filles le craignait et lui n’ en aimait qu' une: Elisa Day.

Superbe, blonde, elle était la fille du pasteur de Laredo et la plus belle de la ville.

Il était beau mon frère, je me souviens de lui comme si c’ était hier. Pourtant il est mort il y a maintenant 35 ans, plus exactement le 19 mars 1975.

Son visage anguleux, sa démarche droite et assurée, il portait toujours une chemise blanche avec un pantalon noir. Souvent perdu dans ses pensées ...

Il était beau mon frère, William Moser. Toutes le craignaient . Il avait une passion : les serpents et surtout le serpent Corail de couleur rouge et jaune, mais plutôt sang et or, comme il disait. Sang comme la couleur préférée de mon frère .

Nos parents étaient horticulteurs et récoltaient des roses rouges, mais William n’ aimait que ces roses -là quand elles étaient fanées .

Il était beau mon frère mais étrange, tout de même. Tous les soirs à la tombée de la nuit, il se faufilait à la manière d’ un serpent et, sans un bruit, il partait à la recherche de proies. Dans notre petite ville de Larédo, plusieurs jeunes filles d' environ 20 ans avaient été retrouvées dans les marais, étranglées par un serpent et portaient toutes une rose rouge fanée plantée dans le coeur. Toutes étaient nues, de légères gouttes de sang ruisselant sur leur corps à la beauté virginale.

 

Il était beau mon frère, obscur, taciturne, un prince de la mort, héritier du comte Dracula. Il habitait une petite maison de bois à deux pas du Rio Grande. Tout jeune, il avait travaillé avec notre père dans l’ exploitation familiale et à l’aube de ses 30 ans, il avait jeté les clés de cette entreprise florissante et vivait seul dans cette étrange maison entourée de ses serpents; ces Micrurus Collaris comme il aimait les appeler; une des espèces les plus dangereuses du monde. Seul, tout seul, perdu dans ses pensées amoureuses. Il ne pensait qu'à Elisa ,il ne tuait que pour elle.

 

Il était beau mon frère. Il l’ avait rencontré un matin en sortant de chez Baker’s, le fleuriste et depuis 4 ans ,ne pouvait oublier sa prestance et sa chevelure dorée . Jamais il ne l’ aimerait vivante, il le savait. Ces filles, il les repérait, puis avec un excellent scénario, s’ en approchait et les enlevait.

Jamais je n’ ai su , ce qu'il leur faisait subir, non, jamais. Une chose est sûre , ces filles n’étaient jamais retrouvées violées, il avait trop de respect pour leur corps de femme .

 

Il était beau mon frère; moi-même je ne l’ai connu qu'au travers du récit de mes parents; il était mon aîné de 20 ans. Mon cher frère, mon pire frère, il aimait, mais n’ a jamais été aimé. De personne. Ces filles nues, un serpent mort autour du cou , une rose rouge fanée plantée sur le cœur. Il aimait à en tuer. Toujours cinq petites gouttes de sang éparpillées sur les corps dénudés, comme des vierges sacrifiées.

Ce n’ était pas un bourreau des cœurs mais un bourreau du cœur, il aimait à en mourir. Il le savait; après Elisa, sa sixième et dernière victime,ce serait lui. Après Barbara , Anna , Maria , Esperanza et Louisa , viendrait le jour d' Elisa Day .

 

Il était beau mon frère. Il observait, scrutait, épiait et ne pensait qu'à elle. C’ était un samedi, le sixième jour de la semaine. Il sonna au 2 Langton Road , une petite maison bourgeoise aux volets verts. Il savait qu'à 11h, Elisa serait seule. Lorsqu’ elle ouvrit la porte, William , caché derrière le bouquet de roses rouges, se jeta sur elle et à l’ aide d’un tampon de chloroforme, l’ endormit et l’ emmena dans son fourgon blanc.

Personne ne vit quoi que ce soit . Elle était à sa merci , son objet si longtemps convoité, elle était enfin à lui .

 

Allongée sur ce lit, dans cette pièce exiguë, elle versait des larmes , ne sachant ce qui se passait. Elle était nue et attachée de part et d ‘ autre par de grandes lanières de tissus rouges vifs.

William s ' approcha d ‘elle, un serpent autour de son cou et lui susurra de doux mots qu’elle n’ entendit même pas ! Il lui avait préparé un lit de roses rouges fanées, sur lequel se déplaçaient deux serpents corail couleurs sang et or . Pour Elisa, il avait choisi ses plus beaux spécimens .Etonnament, elle ne tremblait pas, elle attendait sereinement .

 

Elle était belle Elisa. On retrouva son corps nu sur son lit de roses, le lendemain matin , couvert de rosée .

Elle était belle, un serpent autour du cou et une rose rouge fraîche sur le cœur. Elle souriait .

 

On retrouva mon frère le lendemain, lui aussi couché sur un lit de roses , une rose rouge sur la poitrine, une mèche de cheveux d'Elisa dans sa main droite et un serpent autour du cou.

 

 

Il était beau mon frère.

 

 

Commenter cet article